Comment notre cerveau agît lorsqu’il consomme de la malbouffe

Comment notre cerveau agît lorsqu’il consomme de la malbouffe

La plupart d’entre nous savent que la malbouffe est mauvaise pour la santé. Nous sommes au courant qu’une mauvaise nutrition est reliée aux problèmes de cœur, à l’hypertension artérielle, et à bien d’autres maladies.
 

Comment notre cerveau agît lorsqu’on consomme de la malbouffe ?

Alors si c’est si mauvais pour nous, pourquoi continuons-nous à le faire ?

Pourquoi on aime tant la malbouffe ?

Tout d’abord il y a la sensation de manger l’aliment. Ceci comprend son goût (salé, sucré, savoureux, etc.), son odeur et comment vous le sentez dans votre bouche. Cette dernière qualité – connue comme « orosensation » – peut se révéler particulièrement importante. Les entreprises alimentaires peuvent ainsi dépenser des millions de dollars pour découvrir le meilleur niveau de croquant pour des chips. Leurs scientifiques feront des tests pour établir la quantité parfaite de bulles pour un soda. Tous ces facteurs combinés vont créer la sensation que votre cerveau associera à un aliment ou une boisson spécifique.

Le second facteur est la véritable composition des macronutriments dans la nourriture : le mélange de protéines, les matières grasses, et les glucides qu’elle contient. Dans le cas d’aliments mauvais pour la santé, les fabricants alimentaires recherchent la combinaison parfaite entre sel, sucre, et graisses pour stimuler votre cerveau et vous donner l’envie d’en reprendre.

Voici comment ils s’y prennent…

Comment la science crée les fringales

Voici un éventail de facteurs que les scientifiques et les fabricants agro-alimentaires utilisent pour rendre les aliments plus addictifs.

La « dynamique de contrastes ». C’est la combinaison entre différentes sensations dans le même aliment.

La réponse salivaire. La salivation fait partie de l’expérience de consommation de la nourriture, et plus un aliment vous fait saliver, plus il remplira votre bouche et couvrira vos papilles. Par exemple, les aliments émulsifiés comme le beurre, le chocolat, la sauce salade, la glace et la mayonnaise provoquent une réponse salivaire qui contribue à exciter vos papilles gustatives.

C’est l’une des raisons pour lesquelles de nombreuses personnes apprécient les aliments comportant de la sauce ou un glaçage. Du coup, les aliments qui stimulent la salivation enchantent votre cerveau et ont meilleur goût que ceux qui ne le font pas.

Résultat : vous mangez trop.

La réponse sensorielle spécifique. Votre cerveau aime la variété. Quand il s’agit de nourriture, si vous testez toujours le même goût, vous commencerez à y prendre moins de plaisir. En d’autres termes, la sensibilité de ce capteur spécifique diminuera avec le temps. Cela peut se produire en quelques minutes.

Les aliments mauvais pour la santé sont conçus pour éviter cette réponse sensorielle. Ils procurent assez de goût pour être intéressants, mais ils ne stimulent pas assez pour étouffer votre réponse sensorielle. C’est pourquoi vous pouvez dévorer un paquet entier de chips et être prêt à en manger un autre. Pour votre cerveau, le croustillant et la sensation de manger des Doritos est nouvelle et intéressante à chaque fois.

La densité calorique. La malbouffe a été conçue pour convaincre votre cerveau qu’elle vous nourrit mais ne vous rassasie pas complètement. Les récepteurs dans votre bouche et votre estomac communiquent à votre cerveau la combinaison de protéines, de graisses et de glucides contenus dans un certain aliment, et jusqu’à quel point cet aliment remplit votre corps. Ces aliments procurent juste assez de calories pour que votre cerveau se dise : « Oui, cela me donnera de l’énergie » mais pas assez de calories pour que vous pensiez : « Ça suffit, j’ai assez mangé ». Du coup, vous commencez par avoir une fringale de cet aliment, mais cela prend un certain temps avant que vous vous sentiez rassasié.

Tout ceci nous amène à la question principale.

Les entreprises agro-alimentaires dépensent des millions de dollars pour créer des aliments déclenchant des sensations addictives. Que pouvons-nous y faire ? Est-il possible de contrer l’argent, la science et la publicité derrière l’industrie de la malbouffe ?

Comment se débarrasser de la malbouffe et avoir un régime sain

La bonne nouvelle : des études ont montré que moins vous consommez de mauvais aliments, moins vous en avez envie.

Quelle que soit la façon dont vous l’appelez, le résultat est le même : si vous pouvez trouver des moyens de manger peu à peu plus sainement, vous ressentirez de moins en moins de fringales pour les cochonneries. Voici 2 stratégies qui peuvent aider.

1. Variez vos menus.                    

Comme nous le disions plus haut, le cerveau désire la nouveauté.

S’il y a peu de chances pour que vous réussissiez à reproduire le contraste croquant/crémeux d’un Oreo, vous pouvez varier suffisamment votre alimentation pour qu’elle ait toujours de l’intérêt. Par exemple, vous pouvez tremper une carotte (croquante) dans de l’humus (crémeux) et découvrir une nouvelle sensation. De même, ajouter de nouvelles épices et de nouvelles saveurs à vos plats peut rendre la consommation d’aliments équilibrés plus agréable.

Manger sainement ne signifie pas manger sans goût. Mélangez vos aliments pour découvrir de nouvelles sensations et vous trouverez cela plus facile que de manger encore et toujours la même chose.

2. Trouver une meilleure façon de gérer votre stress.

Il y a une raison pour laquelle bien des gens mangent pour supporter le stress. Le stress pousse certaines zones neuronales à produire des neurotransmetteurs (plus spécifiquement, les opiacés et la neuropeptide Y). Ces derniers déclenchent des mécanismes identiques aux fringales de sucre et de graisses que vous pouvez connaître. En d’autres termes, quand vous êtes stressé, votre cerveau ressent l’appel addictif du sucre et des graisses et vous êtes ainsi ramené à la malbouffe.

Nous connaissons tous des situations de stress dans notre vie. Apprendre à gérer le stress d’une autre manière peut vous aider à résister à l’appel addictif de la malbouffe.  Faire des séances de yoga, de respirations profondes, des massages, des bains avec chandelles, la lecture, des marches pour se ressourcer dans la forêt sont des exemples qui vous aideront à mieux gérer votre stress.

Ce soin vous aidera à détendre votre cerveau.

malbouffe
Translate »